Les textes de la messe


Dimanche 19  mai 2024

Fête de la PENTECÔTE
Couleur liturgique :  ROUGE

1ère Lecture :  Livre des Actes des Apôtres (2, 1-11)

Psaume : 103
" Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !"

2ème Lecture : Lettre de Paul aux Galates ( 5, 16-25)

Évangile : Jean  (15, 26-27 ; 16, 12-15)

Dimanche de la Pentecôte

HOMÉLIE

Père Bertrand THEBAUT
Curé de l'ensemble pastoral

 


l’Esprit de vérité qui procède du Père,

Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Le verbe « procéder » n’est guère utilisé dans la vie courante que dans son second sens de d’agir ou d’exécuter une action  = procéder à
ainsi le dentiste procède à une extraction dentaire / le commissaire de justice procède à une saisie / le jury procède à la remise des diplômes…

Mais, s’agissant de l’Esprit Saint, nous disons qu’il procède de, il procède du Père, du Père et du Fils, du Père par le Fils.
Pour comprendre cela, le mieux est de visualiser le substantif du verbe procéder i.e. la procession.

La procession tire son origine d’un lieu et tend vers un autre mais en s’étalant ; et si elle est suffisamment achalandée la procession peut atteindre son but sans avoir pour autant rompu avec sa source.
Ainsi en est-il de l’Esprit Saint : il vient du Père et en est distinct sans en être pour autant coupé.

  « il procède du Père et du Fils;
   avec le Père et le Fils,  il reçoit même adoration et même gloire » symbole de Nicée-Constantinople

Si vous êtes allé à Lourdes et avez participé à la procession aux flambeaux, on la voit, un moment,  qui s’étale sur l’esplanade, ayant déjà atteint son but sans avoir encore quitté sa base.

Ainsi en est-il de l’Esprit Saint : il vient du Père et en est distinct sans en être pour autant coupé.

En vérité, on pourrait dire la même chose quant au Fils éternel de Dieu vis-à-vis du Père.
Dieu le Fils vient du Père et en est distinct sans pour autant en être vraiment séparé.

Mais s’agissant du Fils de Dieu on exprime ce même mystère non plus en termes de procession mais d’engendrement : le Fils est l’éternel engendré du Père. Engendrement éternel et sans fin car Dieu est hors du temps et sans changement.
On ne dit pas du Fils de Dieu vis-à-vis du Père qu’il a été engendré mais qu’il l’est.

« engendré, non pas créé, consubstantiel au Père »   symbole de Nicée-Constantinople

Après avoir parlé d’engendrement et afin que d’éviter toute confusion naturaliste on précise que le Fils est consubstantiel au Père, qu’il partage le même et unique principe divin.
Pas de confusion possible avec l’ordre naturel de la création : on a ici non pas une mère mais un Père qui engendre et comme un cordon ombilical qui ne serait jamais rompu.

On ne dit pas du Fils de Dieu vis-à-vis du Père qu’il a été engendré mais qu’il l’est.

Nous croyons en un seul Dieu car la substance même de Dieu le rend unique.
Nous croyons en un seul Dieu qui nous a manifesté son être pluriel, qui s’est révélé à nous comme étant et Père et Fils et Esprit Saint, un seul Dieu en trois personnes divines :

le Fils est l’éternel engendré du Père et l’Esprit Saint procède à jamais de l’un et de l’autre. 

Nous le croyons par le même Esprit Saint qui nous a été donné et qui anime son Eglise ;
que l’Esprit Saint nous aide chaque jour à entrer un peu plus dans la compréhension de ce mystère  ineffable de la Trinité auquel nous croyons déjà sans le comprendre totalement.

MÉDITATION

Père Michel COTTEREAU

Prêtre coopérateur

En ce jour de Pentecôte, la liturgie place sous nos yeux l’évènement du Cénacle : l’action du feu de l’Esprit Saint descend sur les Apôtres.
L’Esprit du Père et du Fils prend possession de toute l’Église rassemblée autour de Marie. Notre liturgie aujourd’hui rend actuel l’évènement célébré. Aujourd’hui l’Esprit Saint nous est donné. Dans l’Église retentit cet appel : « Viens Esprit Saint ! Viens dispensateur des dons, viens lumière des cœurs. »
Accueillons cette lumière, ce Feu qui éclaire, qui transforme et qui se transmet sans jamais s’affaiblir.

Le feu qui éclaire et qui guide.
 L’image qui me vient naturellement c’est bien sûr, celle du Phare. Le Phare de nos côtes qui guide les bateaux. Même si aujourd’hui les moyens de navigation sont divers et multiples, il reste que le phare et les balises peuvent être bien utiles. Le phare, notre lumière qui guide notre vie, c’est bien le Christ Jésus. Dans les nuits sombres de notre vie, il guide parfois plus surement que la lumière du plein midi. Ce feu intérieur c’est celui de notre foi, de notre confiance dans le Seigneur. Mais qui dit phare dit gardien. Si tous nos phares sont pratiquement tous automatisés, il reste que des personnes veillent sur son fonctionnement et son entretien.
Chrétiens nous sommes ces gardiens d’une flamme qui ne doit jamais s’éteindre.

Le feu transforme, purifie, comme l’or au creuset.
Si sous l’effet de la température de la flamme, la poterie se solidifie, sous le même effet, la température permet de rendre plus malléables certaines matières. Regardez le souffleur de verre ou plus encore le forgeron. Porté à une certaine température le métal peut être travaillé et prendre forme. Si nous sommes comme l’argile entre les mains d’un potier nous le sommes aussi comme entre les mains du forgeron. Notre vie passe au creuset de la Parole du Seigneur. Cette Parole purifie et oriente notre vie.
Par le feu de l’Esprit Saint notre vie est travaillée comme le métal par le forgeron et donne forme à notre vie. 

Le feu comme une lumière qui se transmet sans jamais faiblir.
L’image qui me vient de suite à l’esprit c’est ce que nous vivons lors de nos veillées Pascales. Le cierge Pascal, juste allumé au feu nouveau,  avance le long de l’allée centrale symbole du Christ ressuscité, et transmet cette lumière. La flamme initiale ne faiblit pas mais le partage de cette lumière éclaire de façon plus intense l’assemblée des fidèles. C’est tout le défi de notre vie chrétienne : transmettre la Bonne nouvelle.
Dans nos rassemblements dominicaux laissons jaillir ce feu de l’Esprit pour le communiquer.

Une flamme qui éclaire et qui guide.
Une flamme qui transforme par sa chaleur.
Une Flamme qui se transmet. Frères et Sœurs entrons dans cette dynamique du souffle de l’Esprit.
Dans un monde ou règne la violence et la guerre osons l’espérance, car la mission est rude, la passion est ardente et l’espérance pacifiante.

 

 

Merci de soutenir la mission de l'Église



Pour la vie de l'Église


 


 

SECOURS CATHOLIQUE - Faire un don
 

 


 

Vatican news


Vous désirez offrir une ou plusieurs messes pour une intention particulière.

L'ensemble pastoral met à votre disposition le document ci-dessous.

N'hésitez pas à le télécharger et à l'utiliser.

Offrande de messeOffrande de messe

 

 


Je participe à la quête en ligne
Pour cela cliquez sur moi !