Site de l'ensemble pastoral de l’île de Ré.
Diocèse de La Rochelle

 

 

Les textes de la messe


Dimanche 21 juillet 2024

16ème dimanche du Temps Ordinaire
Coul
eur liturgique : Vert

1ère Lecture :  Livre de Jérémie (23, 1-6)

Psaume : 22
" Le  Seigneur est mon berger ; rien ne saurait me manquer."

2ème Lecture :  Lettre de Paul aux Éphésiens (2, 13-18)

Évangile : Marc (6, 30 - 34)


 


 

HOMÉLIE du 15ème dimanche du TO

ABBÉ Bertrand THÉBAUT
Curé de l'ensemble pastoral

Ep 1,3 Béni soit Dieu

Aujourd’hui, Jésus appelle les Douze et les envoie, de lieu en lieu, sans tunique de rechange, pour chasser les esprits mauvais et guérir les malades.

Aujourd’hui encore, même si la guerre en Ukraine et la situation en Terre Sainte les a un peu chassés de l’actualité médiatique, des milliers d’être humains, en particuliers parmi  nos frères chrétiens d’Orient ou d’Afrique, sont chassés souvent au nom de leur foi et pourchassés de lieu en lieu, sans bagage.

Saurons-nous leur venir en aide pour qu’ils puissent survivre et vivre chez eux ; et si besoin les accueillir comme des envoyés de Dieu et comme une chance de renouveau pour notre chrétienté européenne. 

Mc 3 [14] et il en institua Douze pour être ses compagnons et pour les envoyer prêcher,

Si Jésus a en premier lieu choisi les Douze pour être avec lui, dès le départ il prévoie de les envoyer prêcher et chasser les démons : c’est-à-dire qu’il les envoie partager la Bonne Nouvelle qu’ils ont reçus, partager leur intimité avec le Christ.

 Ils n’ont rien d’autre à emporter pour la route que cela, le Christ Jésus lui-même.
Et ils n’ont aucune raison de se mettre en route sinon que d’être déjà riches de Jésus afin de pouvoir le partager.

 Si Jésus les envoie 2 par 2, c’est pour être avec eux : leur compagnon et leur nécessaire de voyage.

Mt 18,20 Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux."

Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, qui a Dieu ne manque de rien : Dieu seul suffit !
Thérèse de Jésus (dit d’Avila)

Nada te turbe, nada te espante; quien a Dios tiene nada le falta.
Nada te turbe, nada te espante … solo Dios basta.
 

Dieu seul suffit !  Dieu seul suffit aux envoyés de Dieu.

Mais pouvons-nous prétendre nous même avoir Dieu, être avec lui, si nous sommes incapables d’offrir l’hospitalité à ceux que Dieu nous envoie, à ceux que la charité nous impose ?

 Certes, ce n’est pas Dieu qui chasse les émigrés de chez eux : c’est la misère, les catastrophes climatiques, la guerre, l’oppression et le fanatisme.
Mais nous sommes tous +/- complices de leurs malheurs par beaucoup de nos agissements ou de nos indifférences coupables.

Cependant, ne doutons pas qu’avec le seigneur,  nous pouvons  transformer ce mal en occasion de rédemption :

Ro 5,20 où le péché s'est multiplié, la grâce a surabondé
Ro 8,28 tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu
 

Les confesseurs de la foi en exil sur nos routes doivent nous réveiller aux exigences de notre foi en Christ vrai homme et vrai Dieu.
Les catastrophes climatiques planétaires doivent nous sensibiliser à notre maison commune, nous ouvrir à plus de solidarité, redécouvrir notre unique humanité ainsi que les valeurs d’unité proclamées le 14 juillet 1790 lors de la fête de la Fédération.

Joseph en exil en Egypte devint l’instrument de Dieu pour le salut de sa famille y compris de ceux qui l’avaient trahi et vendu.
     
Gn 50.20  Le mal que vous aviez dessein de me faire, le dessein de Dieu l'a tourné en bien

Que ce soit avec les poches pleines de ceux qui ont la chance de voyager comme touristes ou que ce soit avec les mains vides des exilés, puissions-nous toujours pèleriner sur cette terre riches de l’amour de Dieu et le cœur débordant d’action de grâce comme Paul   Ep 1,3

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ !
Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ.
 

 

 

MÉDITATION

Père Michel COTTEREAU
Prêtre coopérateur

«Seigneur  Dieu tu montres aux égarés la lumière de ta vérité pour qu’ils puissent reprendre le bon chemin, donne à tous ceux qui se déclarent chrétiens de rejeter ce qui est contraireà ce nom, et de rechercher ce qui lui fait honneur.» Nous venons d’entendreau début de cette célébration ces quelques mots de la prière d’ouverture. Je vous invite à faire quelques instants de silence et de méditer cette prière… Quelques mots retiennent mon attention : « égarés-vérité-chemin-rejeté-chercher.» Le Seigneur Jésus nous invite à bouger. Quand je vois et j’entends ceux qui font le chemin de Compostelle ou d’autres chemins j’y vois trois conditions : s’entrainer, faire des choix et rester ouvert à l’inattendu et l’imprévu.

S’entrainer.
C’est une aventure physique. Cela demande quelques dispositions de forme. La vie chrétienne, spirituelle est un long entrainement, non pas pour remporter comme le dit St Paul une couronne qui se flétrit, mais une couronne de gloire. Dans quelques jours vont s’ouvrir les jeux olympiques dans notre pays. Regarder la discipline et l’exigence de ces athlètes et leur passion pour leur discipline sportive. Notre vie chrétienne peut bien ressembler à ce défi. Cela demande constance, abnégation. On n’arrive pas à ce stade de la compétition comme « les bleus » sans une telle discipline.

Faire des choix.
S’entrainer c’est aussi faire des choix, choix de tactiques, de stratégies comme pour un match. C’est aussi quitter bien des choses. C’est aussi accepter tout au long du chemin de randonnée de s’alléger. On me dit que lors d’un départ vers Compostelle on s’équipe au juste. Mais tout au long du chemin on fait le tri de ce qui nous encombre. La saison de l’été peut bien être ce temps ou « je prends le temps » de discerner ce qui est important ou ce qui ne l’est pas dans ma vie. Un moment d’accompagnement spirituel, un temps pour le sacrement de réconciliation, peut bien nous aider à cette démarche. Mais quel est ma capacité à choisir ? Avec Jésus choisir la VIE.

S’ouvrir à l’inattendu, à l’imprévu.
Au séminaire un de nos professeurs nous disait : « s’attendre à tout et n’être surpris de rien. » J’ai gardé cette phrase dans un coin de ma mémoire. Même si je ne la pratique pas régulièrement elle m’aide à parfois relativiser certaines situations. Pour partir sur un chemin, de Compostelle ou d’ailleurs, si nous sommes surs de nous-mêmes sans un esprit de découverte nous risquons d’être profondément déçu. La vie est un chemin de découverte. A la suite de bien des témoins de Jésus-Christ, comme Thomas d’Aquin et bien d’autres, osons cette immortelle randonnée (comme l’écrivait Jean-Christophe RUFIN)

Aujourd’hui encore accueillons en Jésus cette lumière de vérité, pour que nous puissions reprendre le bon chemin, chemin de vie de mission, de joie et de victoire en Jésus-Christ.
 Alors, en route, le Seigneur marche avec nous.

Merci de soutenir la mission de l'Église


Pour la vie de l'Église


 



SECOURS CATHOLIQUE - Faire un don
 


Vous désirez offrir une ou plusieurs messes pour une intention particulière.

L'ensemble pastoral met à votre disposition le document ci-dessous.

N'hésitez pas à le télécharger et à l'utiliser.

Offrande de messeOffrande de messe