Ensemble Pastoral de l'île de Ré

Bienvenue sur le site de l'ensemble pastoral de l’île de Ré.

Dimanche 19 novembre 2017

33ème dimanche du temps ordinaire
Couleur liturgique : vert
 

Première lecture :  Livre des Proverbes 31, 10-13. 19-20. 30-31

Psaume 127
«Heureux qui craint le Seigneur !»

Deuxième lecture :  Première lettre de Paul aux Thessaloniciens 5, 1-6

Évangile : Matthieu 25, 14-30


« N’ayez pas peur »      
Frères et sœur nous la connaissons bien cette expression. Saint Jean-Paul II l’a bien mise à l’honneur dès le début de son élection au siège d’Évêque de Rome. C’est le message de l’ange au tombeau vide. N’ayez pas peur ! L’Évangile d’aujourd’hui nous renvoie à cette question : « j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. » Je ne vais pas vous faire tout un exposé sur la peur. Elle peut paralyser bien sûr, mais elle reste aussi  un chemin qui nous conduit à la rencontre du Seigneur et du projet de Dieu. A travers quelques grandes étapes de l’histoire sainte, je vous invite à passer de la peur à la joie.

Naître à la vie de Dieu :              
Il y a Zacharie  et l’annonce de la naissance de Jean-Baptiste.  Mais il y a surtout l’annonce faite à la Vierge Marie. Selon les traductions, dans l’Évangile de Luc : « L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. » C’est aussi l’annonce faite à Joseph : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Nous allons retrouver ces textes dans quelques jours qui nous invitent à faire naître en notre cœur le Verbe de Vie : Jésus-Christ.  Saint Ambroise disait: « cela importe peu que jésus soit né à Bethléem s’il ne nait pas en moi. »
Quel est mon accueil du projet de Dieu, pour moi, pour l’humanité ?

Le courage :      
Claudie Haigneré (scientifique, spationaute) disait : "Le courage, c’est savoir affronter sa peur". Elles ont nombreuses les peurs dans l’Histoire Sainte ; Il y a d’abord celle d’Adam : « Le Seigneur Dieu appela l’homme et lui dit : « Où es-tu donc ?  Il répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur parce que je suis nu, et je me suis caché. »  (Gn 3,10)
Nos peurs peuvent être nombreuses. Savoir surmonter sa peur, l’affronter le Seigneur ne cesse de nous nous y inviter. Je n’en veux que pour preuve notre brave Saint Pierre : souvenez-vous dans l’Évangile de Matthieu au chapitre 14 : Pierre marche sur les eaux  et Jésus leur dit aussitôt : « Rassurez–vous, c’est moi ; n’ayez pas peur ! Pierre lui répondit: Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux.  Et il dit : Viens ! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus.  Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il s’écria : Seigneur, sauve–moi !  Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit: Homme de peu de foi, pourquoi as–tu douté ? » Le Seigneur ne cesse de tendre sa main vers moi, vers notre humanité.      
Saurons-nous saisir cette main qui se tend? Et tendre la main à notre tour ?                              

L’avenir est ouvert :     
Matthieu - 28,5 - C’est l’apparition aux femmes. L’ange leur dit de ne pas craindre. Il nous faudra comme les femmes, comme les disciples d’Emmaüs, passer de la crainte et de la tristesse à la joie de la Présence du Ressuscité. Et ce sera cette salutation de Jésus apparaissant à ses disciples : « La paix soit avec vous. » La paix qui n’est pas la non guerre, mais cet élan généreux d’une fraternité à construire.
La première peur, c’est surement cela : rester figé sur ses a priori et ne pas ouvrir son cœur à celui qui est différent, a celui qui est aimé comme moi de Dieu : le pauvre.

Les pauvretés aujourd’hui sont multiples, elles ne se résument pas aux indigences contre lesquelles il nous faut luter. Alors frères et sœurs, allons à Dieu en servant les pauvres, leur donnant leur juste place dans l’Eglise. Pour conclure je vous livre ces quelques mots de Saint Vincent de Paul : « Dieu nous fera grâce d’attendrir nos cœurs vers les misérables et d’estimer qu’en les secourant, nous faisons JUSTICE et non miséricorde. 

Père Michel Cottereau
Curé de l'ensemble pastoral

__________________________________________________________________________


 

SECOURS CATHOLIQUE - Faire un don
 



 Vatican

Vous désirez offrir une ou plusieurs messes pour une intention particulière.

L'ensemble pastoral met à votre disposition le document ci-dessous.

N'hésitez pas à le télécharger et à l'utiliser.

Offrande de messeOffrande de messe