Les Sœurs de la Sagesse

 

  Les Sœurs de la Sagesse
     

          La Congrégation des Sœurs de la Sagesse, dont la maison-mère est en Vendée, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, a été fondée en 1703 par Louis-Marie Grignon de Monfort et Marie-Louise Trichet.

          Durant le XVIIIe siècle, elle a connu un premier accroissement du nombre de ses membres en passant de 5 religieuses en 1720 à 361 en 1790. Elles eurent à souffrir de la Révolution Française et plusieurs d’entre elles furent exécutées, en particulier à Nantes et à Rennes.

          Durant le XIXe siècle, la Congrégation resta constamment le second Institut féminin de France, dépassant le chiffre de 1000 entre 1825 et 1830, 3000 vers 1870 et 5000 au début du XXe siècle. Elle a d’abord développé ses œuvres dans le grand Ouest avant de fonder d’autres communautés dans le Nord de la France et en Belgique. Ses œuvres étaient principalement orientées vers la santé, l’éducation, l’action sociale et la pastorale.

          A partir de 1875, la Congrégation seconde les Pères Montfortains en Haïti, puis s’installe dans d’autres pays occidentaux, jusqu’au Canada, à partir de 1880.

          Aujourd’hui, elle comprend 1700 religieuses réparties en 20 pays.

         Leur présence sur l’île de Ré date de 1725 où la fondatrice vint installer à La Flotte une première communauté qui se consacra à l’éducation des jeunes filles et aux soins des malades, comme le montre un vitrail de l’église de La Flotte. D’autres implantations suivirent notamment à Ars, La Couarde, Le Bois, Les Portes et Loix.

           Les trois dernières religieuses ont quitté La Flotte le 10 septembre 2017.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Anne marie

Au revoir de Soeur Anne-Marie le 10 septembre 2017

Chers amis,

Ce n’est pas sans émotion, qu’à quelques, jours de notre départ de La Flotte, je m’adresse à vous.
Au nom de la Communauté, je tiens à vous exprimer la joie que nous avons eue à coopérer, à la vie paroissiale et locale, avec les prêtres qui se sont succédés sur l’île et avec vous tous.

Pour ce qui me concerne, ces 30 années vécues dans l’île de Ré, à l’École Sainte Catherine, près des détenus de St Martin et dans les différents engagements paroissiaux, m’ont permis de créer des liens solides, avec vous tous, liens d’une amitié sincère que je ne saurais oublier.

Sœur Marie-Jo, en Communauté à La Flotte, depuis 6 ans, très heureuse dans son action près des malades, se rendait régulièrement à l’EHPAD de St Martin. Elle visitait les personnes âgées et leur apportait le réconfort de la communion. Elle assurait ce service avec d’autres personnes engagées dans cette mission. Vous l’avez sans doute croisée sur son vélo….

Sœur Philomène, notre aînée, est toujours restée très attentive à la vie de la paroisse que nous partagions avec elle. En raison d’un problème d’audition et de déplacement, elle ne pouvait vous rencontrer autant qu’elle l’aurait souhaité ; elle a cependant cultivé une réelle amitié pour tous, qu’elle portait dans la prière.

Envoyées parmi vous par nos Supérieures, nous avons essayé de vivre notre mission dans l’esprit de nos fondateurs, St Louis-Marie de Montfort et bienheureuse Marie-Louise de Jésus.

C’est Marie-Louise qui la première a posé le pied sur l’Ile, le 25 août 1725.
De nombreuses Sœurs lui ont succédé. Au nom de toutes les Filles de la Sagesse qui ont toujours reçu chez vous un chaleureux accueil, nous vous disons merci.

Soyez assurés que chacun de vos visages restera gravé en nous et que nous serons tous unis par la prière.

En ce moment d’au revoir, j’emprunterai volontiers l’au revoir du Père de Montfort aux habitants de Monbernage à Poitiers.

« L’amitié fraternelle que je vous porte est si forte que je vous porterai toujours dans mon cœur, à la vie, à la mort et dans l’éternité.»

CÉLÉBRATION DU 10 SEPTEMBRE 2017