Événements

ÉVÉNEMENTS  DE  L'ENSEMBLE  PASTORAL

DIMANCHE 10 SEPTEMBRE 2017

Invitation dimanche 10 septembreInvitation dimanche 10 septembre

 

Départ des  Sœurs de la Sagesse   

En octobre les trois dernières Sœurs de la Sagesse vont partir de leur maison de La Flotte.      
Ce départ met fin à  292 années de présence sur l’île  de la congrégation des Filles de la Sagesse dès 1725, puis Sœurs de la sagesse jusqu’à nos jours.           
C’est en effet en 1703 que Louis-Marie de Montfort et Marie-Louise Trichet fondent l’ordre des « Filles de la Sagesse », l’appellation « Sœurs » étant plutôt réservée au XVII° siècle aux religieuses  de familles plus fortunées.           
Marie–Louise Trichet, la cofondatrice, voua sa vie aux soins des malades et installa de nombreuses maisons partout en France. Elle vint sur l’île, à La Flotte en 1725, pour y établir une petite équipe afin d’assurer l’instruction des filles et les soins aux malades. Depuis lors les Filles puis les Sœurs se sont consacrées à  l’éducation notamment à La Flotte à l’école Sainte Catherine non seulement des filles mais aussi des garçons et ont rempli des tâches de soins aux malades et d’assistance liturgique aux curés.
En reconnaissance de leur action figure à l’église Sainte Catherine un vitrail et une plaque (voir le guide de visite écrit par Roger Touton) dans l’allée latérale gauche.       
Ils rappellent : 
-  la venue de Marie–Louise Trichet  et l’installation des Filles de la Sagesse en 1725,   
-  en 1792 le martyr de 33 filles de la sagesse massacrées ou mortes en prison lors de la révolution,
-  en 1835 la mort de deux sœurs, mortes du choléra et des soins apportés aux contagieux.
                 
Au début du XX° siècle quand les congrégations étaient chassées de France, les habitants de La Flotte en reconnaissance des services que les sœurs rendaient adressèrent une pétition aux représentants de la République afin qu’elles restent. Cette pétition fut acceptée et les sœurs restèrent à la grande satisfaction de la population Flottaise. 
Actuellement au 1 rue Dechezeaux à La Flotte il ne reste que trois sœurs assez âgées qui partiront en retraite en octobre :  Anne Marie, Marie–Jo  et Philo.             
Une messe en leur honneur est dite le 10 septembre à 10 H 30 à La Flotte.

 

CÉLÉBRATION DU 10 SEPTEMBRE 2017

Anne marie

Au revoir de Soeur Anne-Marie le 10 septembre 2017

Chers amis,

Ce n’est pas sans émotion, qu’à quelques, jours de notre départ de La Flotte, je m’adresse à vous.
Au nom de la Communauté, je tiens à vous exprimer la joie que nous avons eue à coopérer, à la vie paroissiale et locale, avec les prêtres qui se sont succédés sur l’île et avec vous tous.

Pour ce qui me concerne, ces 30 années vécues dans l’île de Ré, à l’École Sainte Catherine, près des détenus de St Martin et dans les différents engagements paroissiaux, m’ont permis de créer des liens solides, avec vous tous, liens d’une amitié sincère que je ne saurais oublier.

Sœur Marie-Jo, en Communauté à La Flotte, depuis 6 ans, très heureuse dans son action près des malades, se rendait régulièrement à l’EHPAD de St Martin. Elle visitait les personnes âgées et leur apportait le réconfort de la communion. Elle assurait ce service avec d’autres personnes engagées dans cette mission. Vous l’avez sans doute croisée sur son vélo….

Sœur Philomène, notre aînée, est toujours restée très attentive à la vie de la paroisse que nous partagions avec elle. En raison d’un problème d’audition et de déplacement, elle ne pouvait vous rencontrer autant qu’elle l’aurait souhaité ; elle a cependant cultivé une réelle amitié pour tous, qu’elle portait dans la prière.

Envoyées parmi vous par nos Supérieures, nous avons essayé de vivre notre mission dans l’esprit de nos fondateurs, St Louis-Marie de Montfort et bienheureuse Marie-Louise de Jésus.

C’est Marie-Louise qui la première a posé le pied sur l’Ile, le 25 août 1725.
De nombreuses Sœurs lui ont succédé. Au nom de toutes les Filles de la Sagesse qui ont toujours reçu chez vous un chaleureux accueil, nous vous disons merci.

Soyez assurés que chacun de vos visages restera gravé en nous et que nous serons tous unis par la prière.

En ce moment d’au revoir, j’emprunterai volontiers l’au revoir du Père de Montfort aux habitants de Monbernage à Poitiers.

« L’amitié fraternelle que je vous porte est si forte que je vous porterai toujours dans mon cœur, à la vie, à la mort et dans l’éternité.»